ACTUALITES

jeudi 9 octobre 2008

Sur les traces de Georges...

Oui, absolument, Georges.
J'entends parler de lui à tous les coins de rue et même dans les bois...alors, j'ai l'impression de le connaître!
Chemin d'accès au village de Kerléano

Une impression seulement, car dès qu'il s'agit de chercher la vérité sur Cadoudal, Georges quoi, c'est une autre Histoire.

Alors, il me reste à prendre un lambeau de ce que je sais sur lui, pour en faire un bel habit de légende!

Chemin de Cadoudal

Un historien d'origine Locoalo-mendonnaise, aurait pu en dire plus...il l'a fait, tous les étés pendant 16 ans sur le chemin de Cadoudal, une balade indispensable à qui vient dormir à "Breizh Kiss". Mais Patrick Huchet, c'est lui, est parti sur les chemins de Compostelle, suivre une autre route. Si un jour je le rencontre, je l'interroge, promis.
Donc, Georges Cadoudal est un gars du coin.Du coin au XVIIIème siècle, bien sûr...
Cet après midi, je suis allée voir sa maison natale. On peut juger de la notoriété de sa famille en voyant ce manoir, bien différent de ce qu'il était à la naissance de Georges en 1771, ne serait ce que parce qu'il a d'abord, subsisté et ensuite été agrandi et restauré par un des frères de Georges, Joseph.

D'une famille de Laboureurs, classe sociale assez aisée dans cette Bretagne du XVIIème (le laboureur cultive sa terre et vend le produit de son labour, de même qu'il loue son matériel, à la différence du journalier, qui ne possède que ses bras et travaille au jour le jour), Georges est né le premier. De ses 9 autres frères et soeur, seuls 5 ont atteint l'âge adulte.

Georges est le contemporain de Bonaparte, il a deux ans de moins que lui, et leur histoire est liée.
Ce devait être un élève brillant puisqu'il a fait ses études au collège de Vannes, où il put "faire ses humanités" comme l'on disait alors, c'est à dire, apprendre les langues anciennes comme le Latin et le Grec, ainsi que la philosophie; on acquérait une culture classique qui apprenait à penser, avec les anciens pour modèles ou référents (cela n'est plus possible de nos jours il me semble...oups, intrusion anachronique et hors de propos).

Au départ, avec ses amis, ses camarades, il paraissait enclin à suivre les idées nouvelles de la République. Mais la Constitution Civile du Clergé, dans une région éloignée par la langue et la culture des actes de la capitale Parisienne, est mal perçue. La majorité des prêtres se déclare contre cette constitution et devient réfractaire. La population les soutient et très vite, des soulèvements, des révoltes de paysans contre la constitution et autres levées d'impôts et d'hommes pour la "convention nationale" entraînent des incidents entre les Bleus Républicains et les Blancs Royalistes (si on n'est pas pour la république, on est pour le roi)

Les répressions terribles au fusil voire au canon puis à la guillotine ont certainement conforté Georges Cadoudal dans sa décision de rejoindre le mouvement Chouan de la Vendée. Il est emprisonné à 23 ans à Auray puis au Fort de Brest avec sa famille, où sa mère mourra en couches de son dixième enfant, celui-ci n'y survivant pas plus longtemps.

En 1794, Georges Cadoudal entre dans la clandestinité.

J'imagine qu'à partir de ce moment là, les amis, les frères, la géographie du pays d'auray, ont toute leur importance.


Route de la Forest

Pour se faire discret mais efficace contre la République, cet homme dit "fort comme un taureau" a choisi entre autres, Locoal, petite île de la Ria d'Etel, tout comme la Forest, en bout de Locoal pour se cacher et agir pour le rétablissement de la royauté.


Ses amis habitaient là, et il lui suffisait de sauter à bord d'une barque pour rejoindre n'importe quelle autre côte de la Ria pour s'échapper si besoin était. Imaginons:

"Yffig est à Pen Pont, il veille.

Un camarade est venu leur annoncer la veille que la patrouille du poste de Belz allait faire une percée dans l'île de Locoal et de La Forest au cours de la semaine. Ce refuge des prêtres réfractaire était depuis quelques temps un objectif à atteindre pour les soldats républicains.

Georges est chez Le Bayon, le passeur, à sauver quelques heures de sommeil. La journée d'hier a été rude, il a reçu une balle dans la jambe et doit récupérer suffisamment pour préparer l'arrivée de l'armée royaliste anglaise et celle des émigrées, prévue quelques jours après la Saint Jean. Cache de Cadoudal et ses hommes

A la moindre alerte, avec son état major, il peut aller se réfugier dans la cache fabriquée avec la pierre et la terre de la Forest. Le dernier rentré dans le trou les dissimulera avec un fagot de branches et de feuilles, déjà préparé à l'entrée. Un soldat arrivant au pas de charge ou à cheval ne remarquera pas cet assemblage.

De même, personne ne trouvera les trésors de guerre cachés par Cadoudal. Deux siècles plus tard, c'est sûr, quelques uns s'amuseront encore à chercher ce fameux champ triangulaire où l'un des trésors est dissimulé, dit-on. Même avec du matériel de Géophysicien...

Dedans

S'ils sont prévenus trop tard ou pris sur le fait, ils pourront toujours embarquer de l'une des petites plages qui sont faciles d'accès de la plupart des points de l'île. Et de là, rejoindre une côte plus hospitalière, ou une petite île de la Ria.

Tout le monde ici est vaillant à défendre, protéger et cacher les hommes de Cadoudal et les prêtres réfractaires. La terre bretonne est religieuse, on y parle une langue trop différente de celle de la capitale pour se comprendre, c'est comme une terre étrangère."

Aujourd'hui encore, le citadin, l'habitant de l'ancienne Lutèce, ne peut qu'être dépaysé. N'importe qui se rendant sur les traces de Cadoudal, sur le chemin qui porte son nom au petit matin, peut, en fermant les yeux, remonter le temps et comprendre, imaginer, la vie d'alors...

Ici, la vie est douce, le paysage tranquille, intact, c'est une chance pour nous d'y vivre, une occasion pour vous de le ressentir...
Sur les traces de Georges Cadoudal

Cliquez sur la photo, pour plus de photos!

Recherches et résumé fait avec les sources d'internet. Vous y avez accès sur les quelques mots d'apparence différente. J'ai peut-être fait des erreurs, si vous le souhaitez vous pouvez m'en faire part! Je rectifierai!

4 commentaires:

  1. Ce scénario de la presqu'île refuge est des plus plausibles. La presqu'île de Locoal est certes une nasse en apparence mais il est facile de s'en échapper par la ria. Enfin, gaffe à la marée quand même.
    Et puis comme dans toutes les insurrections populaires, il faut aussi (et peut-être même surtout) prendre en compte le soutien de la population aux partisans. J'imagine que les gens de Locoal devaient donc être probablement considérés comme sûrs et acquis à la cause des insurgés.

    Cette cache dans le mur (vue de mes yeux) m'interpelle. Elle n'est pas faite, selon moi, pour cacher un homme mais plus sûrement des armes, des munitions, des vivres. Je n'aimerais pas y passer la nuit. Par chance ta chambre d'hôtes et autrement plus sûre et confortable. La cache semble entretenue comme l'atteste la présence d'étais métallique, mais il n'est sans doute pas prudent de s'y aventurer. En disant cela je pense surtout aux enfants susceptibles d'y aller, que ce soit dedans ou dessus, au risque de faire ébouler la couverture de pierre.

    Georges Cadoudal est décrit comme un colosse. il ne devait pas passer inaperçu dans ses déplacements.
    Il avait en Bretagne un adversaire de taille. Le général Lazare Hoche était en effet probablement tout, sauf une bille.

    Autre rémanence de cette histoire troublée, mais plus près de chez moi : la petite église, survivance d'un culte catholique clandestin d'abord dissident ensuite, puis laïcisé par la force des choses.

    Ton diaporama est superbe.
    Belle enquête Tifenn. Chapeau !

    RépondreSupprimer
  2. Ouah, j'adore, on nage avec délices dans le roman historique, moi qui savoure en ce moment tous les Jane Austen et le saventures du Catain Hornblower je suis ravie!
    La même époque et le même contexte politico-historique examinés à travers 3 points de vue...
    pas besoin de signer mes lectures me trahissent

    RépondreSupprimer
  3. J'ai passé un bon moment en compagnie de Cadoudal, il faut dire que tu racontes tellement bien que l'on vit l'histoire.
    Aujourd'hui, on a le choix entre la cache de Cadoudal et la douce chambre de Breizh kiss, la dernière est plus confortable, l'accueil chaleureux, les petits dejeuners somptueux, et les promenades pleines de la vie bretonne.

    RépondreSupprimer

Archives du blog

Ma photo
Locoal Mendon, Bretagne, France
Je ne le dis plus, je change d'avis tout le temps :)